Ehpad Maison de Retraite

ehpad maison de retraite

Ehpad Maison de Retraite Palmares

Le nouveau normal pour les maisons de retraite

Publié par philippe le

Voici comment les communautés de retraités s’adaptent à un monde post-Covid 19

En raison du Covid-19 et du risque démesuré qu’il représente pour les personnes âgées, les communautés limitées par l’âge – c’est-à-dire celles de 55 ou 60 ans et plus – comme celle de Lee sont confrontées à un changement sismique dans leur mode de fonctionnement, selon les experts. Qu’il s’agisse d’une communauté tentaculaire ou d’une petite entreprise, les équipements tels que les centres de fitness, les salles de jeux, les bibliothèques, les salles à manger – et les opportunités sociales/actives qu’ils offrent – sont souvent ce qui attire les résidents.

Cette pandémie change fondamentalement le modèle économique. Les commodités resteront en tête de liste pour les consommateurs, mais ils partageront désormais cette place avec la sécurité et le bien être.

Le secteur de 73 milliards d’euros en Europe, qui comprend les communautés de retraités en soins continus, les résidences-services et autres foyers pour les personnes âgées du pays, a déjà apporté des changements majeurs pour répondre à ces derniers.

Par exemple, les communautés où les résidents prenaient auparavant leurs repas dans une salle à manger commune peuvent se voir demander de manger dans leur chambre. Ou encore, les heures de repas sont décalées et il y a plus d’espace physique entre les repas. Les fonctions de groupe ont été abandonnées et on ne sait pas quand – et comment ou si – elles reviendront.

En outre, naturellement, les taux d’occupation de 2020 diminueront, car les résidents potentiels de ces propriétés retardent la décision de déménager. Il y a aussi le problème de l’impossibilité de visiter une communauté particulière pour une visite en personne, une pratique remplacée par des visites et des conversations en ligne.

Dans le même temps, les opérateurs de ces communautés doivent faire face à des dépenses plus élevées en raison de la pandémie, comme l’équipement de protection individuelle pour assurer la sécurité des résidents, le matériel de nettoyage et le recyclage du personnel, selon les experts. Ils devront peut-être aussi créer des espaces plus grands pour permettre une distanciation sociale afin de minimiser la propagation du virus, et trouver comment offrir d’autres commodités en toute sécurité.

De ce fait, que les gens vont examiner d’autres options pour les aider à rester chez eux le plus longtemps possible.

L’augmentation des prix

Comme chaque industrie, les communautés de retraités devront dépenser davantage. La question est de savoir si le consommateur sera prêt à absorber l’augmentation des coûts ou s’il sortira de la marge bénéficiaire.

Selon le type de communauté ou de propriété, les résidents peuvent payer des frais mensuels allant de 1 000 ou 2 000 euros à plus de 6 000 euros. Certains exigent également un “achat” initial qui peut aller de 100 000 euros à environ 1 million d’euros. C’est particulièrement fréquent dans les communautés de retraite à soins continus, qui offrent un continuum de soins allant de la vie autonome aux soins de longue durée et aux soins infirmiers, à mesure que les besoins des résidents changent.

Il existe également des communautés limitées par l’âge, composées de résidences individuelles – achetées directement ou par le biais d’une hypothèque – qui offrent des commodités attrayantes mais aucune option pour des types de soins avancés à mesure que les résidents vieillissent. En d’autres termes, elles constituent plutôt une halte avant qu’une personne ne se rende dans une communauté qui répond à ces besoins liés à l’âge.

L’une des conséquences de la pandémie pourrait être un intérêt accru pour le vieillissement sur place.

Catégories : Non classé